DÉCOUVREZ LA CAVE 8

Champagne Gourdon

Julien Gourdon est issu d’une vieille famille de vignerons depuis le XVIIe siècle. Au tout début du XXe siècle, il exploite le domaine familial avec Octavie Véron. Ils se marient en 1921 et font prospérer leur exploitation jusque 1983, date à laquelle leurs enfants reprennent le flambeau. Ils n’héritent pas seulement des vignes, mais aussi d’un savoir-faire et de l’amour de la terre.

Dès son plus jeune âge, Henri Gourdon, l’un des fils, travaille avec sa mère. Il ne s’arrêtera qu’à son dernier souffle. En 1999, David, l’arrière-petit-fils, prend en main le Domaine Gourdon, soutenu par André, son père et Henri son grand père qui lui transmettent la passion et l’amour du métier.

De génération en génération la famille Gourdon préserve son patrimoine viticole, le développe et le valorise.

06.86.85.81.68

Le chemin du Moulin, 02310 Villiers-Saint-Denis

DÉCOUVREZ LES ARTISTES

Estelle Babut Gay

Mes jeux d’enfant consistaient à assembler de vieux morceaux de bois pour créer des animaux. Adulte, je me suis mise au collage, utilisant des vieux magazines récupérés. Autodidacte, j’ai rassemblé des bois flottés sur les plages pour les transformer en sculptures. Il y a quinze ans, j’ai découvert la soudure à l’arc, ce qui me permet désormais de donner une seconde vie à de vieux outils cassés, oubliés au fond d’une ferme ou d’un grenier.

Moules à gâteau, rabots, chaînes de vélo, tenailles, clés anglaises, etc., sont devenus mes nouveaux matériaux de prédilection. Je donne ainsi vie à ces curieux bonshommes de fer ou de corde, que j’espère pleins de poésie et d’humour. Et pour allier coquetterie et récupération, j’aime créer des bagues colorées avec d’anciens boutons qui ressemblent tant à des bonbons.

Jérôme Fontaine

J’ai commencé la photo il y a 15-20 ans avec des paysages et des portraits de massifs. C’étaient surtout des photos de famille et de vacances. Souvent je rentrais de vacances et je montrais ça aux amis. J’avais de très bons retours mais comme c’étaient des avis de proches, j’appréciais les compliments sans pour autant les prendre forcément au sérieux.

Puis, il y a 4-5 ans, je me suis inscrit sur le forum d’un magazine qui a disparu aujourd’hui, Photo Reflex Pratique. On pouvait y poster nos photos. Dès les 1ères photos présentées, j’ai eu la chance d’être contacté par l’administrateur pour être publié sur le site de ce magazine. Le déclic s’est fait à ce moment je pense. J’ai pensé que je pouvais vraiment m’investir dans la photo pour exploiter au mieux le potentiel que les autres voyaient chez moi.

J’ai donc commencé à participer à des défis thématiques de magazines comme Chasseurs d’Images et Digital Photos. Et j’ai continué à être publié là aussi dès les premières photos envoyées ! Et ça continue aujourd’hui. Alors ça me motive encore plus et je participe toujours à ces défis. Même si depuis je me suis spécialisé dans les photos de concert et la macrophotographie, comme tout ce qui est goutte d’eau, la rosée du matin, les insectes, surtout les libellules et les coccinelles.
J’adore le côté éphémère des gouttes. Se dire que l’on peut les photographier une fois et y retourner le lendemain sans retrouver la même forme.

Je trouve que la libellule est un sujet vraiment agréable à photographier. Ce qui me plaît, c’est de les immortaliser dans leur milieu naturel. J’aime la composition que cela permet avec la bonne lumière, l’ambiance… En fait, j’aime montrer la nature telle qu’elle est et j’essaie de rappeler aux gens à quel point elle est belle, ce qu’on a tendance à ne plus voir.

Des questions ?